Notre structure notre equipe nos services nos conseils
chezmonveto
Nos conseils santé
Vous êtes ici : Accueil > Conseil santé > Infection au Virus BVD - Quelles conséquences cliniques pour votre élevage ?
Imprimer En savoir plus
picto

Infection au Virus BVD - Quelles conséquences cliniques pour votre élevage ?

Le virus BVDV, responsable de la Diarrhée Virale Bovine (BVD) et de la maladie des muqueuses (MD) est connu depuis plusieurs années. La BVD est une infection aiguë, transitoire, où le bovin arrive à se débarrasser du virus en développant une immunité (il devient séropositif). La MD est une infection permanente où le bovin excrète le virus sans développer d'anticorps contre lui. La MD ne touche que les IPI (Infectés Permanents Immunotolérants - voir ci-dessous).


Quel est le mode de transmission du virus ?


Le virus se propage selon deux modes :

  •  le mode horizontal, entre animaux contemporains, par toutes les voies (digestive, respiratoire, conjonctivale, génitale...), d'où la diversité des symptômes de la BVD.
  •   Le mode épigénétique ou transplacentaire (le virus traverse le placenta pour passer de la mère au veau), avec possible naissance d'un IPI, si l'infection survient dans les 4 premiers mois de gestation.


Que sont les IPI et pourquoi les qualifie-t-on de « petites bombes à virus » ?


Les IPI, qui sont des bovins apparemment sains dans de nombreux cas, excrètent continuellement le virus et contaminent le reste du troupeau de manière silencieuse. Ils entretiennent ainsi le virus dans la population bovine.

Les IPI sont les seuls à pouvoir développer la maladie des muqueuses, qui leur sera fatale, à plus ou moins brève échéance (quelquefois après plusieurs années).


Quelle est la durée de vie d'un IPI ?


Un IPI peut mourir dans les premiers jours de vie. Le cas le plus classique est celui d'une mort un peu plus tardive, après un évident retard de croissance.

Cependant, il est maintenant reconnu que des IPI peuvent survivre plusieurs années, donnant parfois des générations d'IPI !


Le BVD affecte lourdement les performances de reproduction des mâles...

Quelles-sont les conséquences de l'infection par le virus chez le mâle ?


Un taureau infecté de manière transitoire peut souffrir d'infertilité pendant deux à trois mois.

Chez un taureau IPI, l'infection est permanente et silencieuse : un dépistage à l'achat est vivement conseillé, afin de l'écarter de la reproduction.


...et des femelles !

Quelles-sont les conséquences de l'infection par le virus chez la femelle ?


 Le virus peut perturber un grand nombre d'étapes qui conduisent à la naissance d'un veau vivant.

 

1.  Avant l'insémination :

On remarque à ce stade des perturbations de la croissance folliculaire, de l'ovulation et de la formation du corps jaune. Tout cela entraîne une diminution du pourcentage d'inséminations fécondantes.

 

2. Après l'insémination :

L'impact de la contamination de l'embryon, puis du fœtus, par le virus BVD varie en fonction du stade de gestation :

  •  Dans les premières semaines, on observera une augmentation de la mortalité embryonnaire.
  •  Après deux mois de gestation on parlera d'avortements, qui peuvent être précoces ou tardifs.
  • C'est au cours des 3 à 4 premiers mois de gestation que pourra se développer un IPI, si la mère rencontre le virus pour la première fois à cette période. En effet, le système immunitaire du fœtus est en construction et n'identifiera pas le virus comme un ennemi. Cette «erreur» sera définitive !
  • Pendant le deuxième tiers de la gestation (celui où se développent les organes du veau), l'influence de l'infection virale change. Le virus BVD a une attirance marquée pour les neurones (on parle de «tropisme»). La maladie s'exprimera donc par diverses malformations nerveuses, qui donnent à la naissance un veau faible, tremblant, incapable de se lever ou de téter. D'autres malformations sont également rencontrées: au niveau des yeux (cataracte, atrophie de la rétine...), du squelette (arthrogrypose, torticolis....), du pelage (hirsutisme), du système respiratoire, etc.
  • Enfin, pendant le troisième tiers de la gestation, le fœtus qui est devenu immunocompétent (son système immunitaire fonctionne), développera des défenses contre le virus et pourra en général surmonter l'infection.

 

3. Après la naissance :

La mortalité néonatale touchera des veaux chez lesquels le virus a créé des dégâts dans les deux premiers tiers de la gestation (IPI, malformations), mais également des veaux chez lesquels un affaiblissement de l'immunité dû au virus BVD a favorisé d'autres affections néonatales.


En conclusion, le contrôle de cette infection passe par l'élimination des IPI et l'amélioration de l'immunité du troupeau (vaccination avant et en fin de gestation). Votre vétérinaire sera le meilleur partenaire pour construire avec vous un plan de lutte efficace.