Notre structure notre equipe nos services nos conseils
chezmonveto
Nos conseils santé
Vous êtes ici : Accueil > Conseil santé > Réussir le sevrage en élevage allaitant
Imprimer En savoir plus
picto

Réussir le sevrage en élevage allaitant

Le veau dès la naissance a une alimentation lactée; toutefois, lorsque celle-ci est exclusive la croissance de l'animal est rapide mais le développement de son rumen ( panse) ne se fait pas et un amaigrissement ou des troubles digestifs peuvent apparaître au sevrage.

L'apport de fourrages et de concentrés permet donc le développement du rumen et assure une meilleure croissance de l'animal avant et surtout après le sevrage, c'est à dire après l'arrêt de l'alimentation lactée.

 

* Le fourrage, par effet mécanique, provoque une dilatation du rumen ainsi que de la taile des papilles qui le recouvrent et qui permettront par la suite son bon fonctionnement. Mais l'ingestion de fourrage permet aussi  le développement de la partie musculeuse du rumen qui assure le bon déroulement de la rumination et de l'éructation.

* Les concentrés quant à eux assurent une augmentation du nombre de papilles et leur stimulation, ainsi qu'un apport d'azote indispensable au développement des bactéries ruminales.

* Enfin, l'eau doit être mise à disposition des veaux dès la première semaine de vie, car en passant directement dans le rumen ( l'eau froide ne provoque pas la fermeture la goutière oesophagienne), elle humidifie son contenu et contribue au développement de la flore microbienne.

Le fourrage doit donc être laissé en libre service ( herbe au pré ou foin de bonne qualité en stabulation), de même que l'eau et du sel et cla dès 8 jours d'âge. Il a aussi d'aileurs été prouvé l'intérêt de laisser de l'eau propre à disposition des veaux dans la réduction du risque de diarrhées néonatales.

Un aliment premier âge doit être distribué ( environ 25 gr par jour au début et jusqu'à 1.5kg à 6 semaines) jusqu'à 3 mois environ. Cet aliment doit comporter de l'amidon lent ( grains de maïs) et apporter au moins 1 UFL/Kg de matière sèche, 17 à 20 % de MAT (matière azotée totale) et au minimum 12 % de cellulose brute. Les matières premières utilisées doivent bien entendu être de bonne qualité. La distribution peut se faire soit sous forme de floconné ou mélangée. Il convient d'éviter la forme semoule qui se dégrade trop rapidement ainsi que les céréales a paille ( risque d'acidose).


Adapter le complément en fonction du devenir de l'animal :

 

Après 3 mois d'âge, la complémentation varie selon le devenir des animaux ( broutards, taureau, génisses de renouvellement etc...) et l'objectif à atteindre ( GMQ a court ou moyen terme, fertilité, longévité...). 

* Pour un GMQ rapide, l'aliment concentré doit fournir un minimum de 1 UFL/Kg de MS et entre 18 et 24 % de MAT.


* Cette complémentation n'est pas adaptée aux animaux à engraisser lentement ainsi qu'au troupeau de renouvellement, car elle réduit leurs performances de reproduction, de lactation et de longévité. Pour ces derniers, l'apport en MAT ne doit en effet pas excéder 14%, en évitant les céréales à paille, à l'origine d'acidose.


* Pour les taureaux reproducteurs, il est recommandé de fournir l'aliment premier âge jusqu'à 5-6mois d'âge, en augmentant progressivement les quantités, afin de garantir à la fois un GMQ fort et de bonnes qualités de fertilité et de longévité.

 

Enfin, il est conseillé de réduire la quantité de lait à partir de 5 mois d'âge, au moment où la lactation de la vache se réduit d'aileurs naturellement.


Quelques causes de trouble de santé rencontrés au sevrage :

 

* Veau buveur d'urines : trouble lié à un mal-être, à une acidose subclinique par carence en fibres, en macroéléments tels que le sodium, le phosphore, le magnésium ou le sélénium selon les auteurs.

* Veau buveur ruminal : trouble lié à un défaut de fermeture de la gouttière oesophagienne ou à un reflux du lait de la caillette vers le rumen, le plus souvent chez les veaux exclusivement nourris au lait.

* Ruminite : liée à une acidose chronique due à un apport trop rapide et trop important en concentrés au sevrage.

* Météorisation chronique : lié à un développement insuffisant des pré-estomacs en raison d'un sevrage trop brutal.

* Ventre de foin : trouble lié à la distribution de fourrage de mauvaise qualité et à l'absence d'aliment concentré.

 

d'après " Conseil d'alimentation pour un sevrage réussi en élevag allaitant", la Semaine vétérinaire du 02/09/2016.